· 

Pourquoi j'ai arrêté de manger des Chewing-gum

Aujourd'hui, j'avais envie vous écrire un article plus personnel, sur mon cheminement vers le zéro déchet. Alors, si ça vous dit, je vous emmène faire un petit bout de chemin avec moi !

Laurène Golain - ozalee zd

Le déclic

Moi, c'est Laurène ! Chez Ozalee, je ne suis pas la couturière, je suis l'autre membre de l'équipe, je suis celle qui vous écrit ici pour vous partager le fruit de 5 années de démarche zéro déchet. Mais, il n'en a pas toujours été ainsi.

 

J'avais toujours eu une certaine sensibilité à la nature et à l'écologie. Il ne me serait jamais venu à l'idée de jeter un déchet dans la nature. J'ai toujours préférer marcher plutôt que prendre ma voiture pour de courts trajets. Mais cela s'arrêtait là.

 

Il y a 5 ans, je donnais naissance à mon troisième enfant. Et c'est une rencontre avec Elodie (d'Ozalee, bien sûr !) qui a tout fait basculer. Je lui ai commandé des lingettes lavables pour le change de mon bébé. Je me suis alors documentée sur le zéro déchet, la simplicité volontaire, le minimalisme… J'ai été très "boulimique" dans mes lectures ;) J'ai testé, raté, recommencé… Jusqu'à trouver mon équilibre (mais ça, c'est une autre histoire !)

La mise en pratique

Pour moi, le déclic s'est fait sur les emballages et les déchets. Je ne voyais plus un pot de yaourt, je voyais un déchet plastique qui allait rejoindre une quantité astronomique d'autres déchets.

Ainsi, je découvrais tout mon quotidien sous un autre regard : celui des déchets qu'il allait engendrer.

 

Impossible alors de consommer pareil. Mon premier acte fort a été d'arrêter de manger du chewing-gum. Là, vous allez rire, je pense. Mais chacun son truc. Pour moi, le chewing-gum a été un vrai acte de renoncement car j'aimais bien "mâchouiller ce truc " après mon café. Sauf qu'après mon déclic, ce n'était plus un chewing-gum que je mangeais, c'était un déchet purement égoïste et polluant que je générais (et qui n'était pas particulièrement bon pour mon organisme non plus…)

Alors, j'ai arrêté. J'ai arrêté aussi de me vernir les ongles (pourtant j'aimais bien ça aussi… ) mais les vernis que j'avais n'étaient pas franchement clean, alors j'ai dit stop. Et ainsi, en famille, nous avons renoncé à certains achats qui ne nous paraissaient plus cohérents avec notre nouvelle vision du monde.

A votre tour...

Le chewing-gum, le vernis à ongles… Ces actions vont sans doute paraitre futiles pour certains d'entre vous. Mais chacun est différent et fait son propre chemin.

Ce que je retiens de ce cheminement (dont je ne vous ai raconté que le tout début !), c'est que c'est à chacun de doser jusqu'où il est prêt à aller, librement.

 

Si cela peut sembler compliqué au début, quand on a l'impression qu'il y a tout à réapprendre, que tous les blogs nous sortent des recettes miraculeuses et écologiques avec 25 ingrédients, que nos bouteilles et nos mélanges ne sont pas du tout "instagramables", qu'on a l'impression de devoir tout racheter… Il faut prendre de la distance avec tout cela !

 

Aujourd'hui, je peux vous garantir que ma vie est bien plus simple et plus légère qu'il y a 5 ans, dans bien des domaines. Un petit choix comme ceux dont je viens de vous parler, en a entrainé d'autres bien plus importants (couches lavables, orientation professionnelle, permaculture, instruction en famille…).

Vous avez appréciez ce témoignage ? Partagez-nous votre déclic vers le zéro déchet !

Écrire commentaire

Commentaires: 0