· 

Minimalisme : comment définir ce que l'on garde ?

Image par StockSnap de Pixabay
Image par StockSnap de Pixabay

Dans un mode de vie plus simple et plus écologique, ce que je choisis de garder, n'est pas forcément ce que vous auriez choisi. Alors, est-il possible de dire ce qu'il faut conserver ou ce qu'il faut "jeter" ?

Voici quelques pistes issues de quelques années de pratique du minimalisme.

Le minimalisme n'est pas une question de chiffres

Tout est dans le titre ? En effet, on voit passer sur les réseaux sociaux des photos d'intérieurs vides, blancs, impersonnels. Cela peut convenir à certains, mais pas à tous. On voit aussi des défis pour avoir le moins possible de vêtements, d'objets...

Le minimalisme n'est pas une question de chiffres. Etre minimaliste c'est adopter librement un mode de vie sobre, qui nous rend heureux. Cela va donc se traduire de manière très différente d'une personne à l'autre.

Certains auront 2 pantalons, mais 200 livres pour être heureux. Un autre aura une garde-robe bien remplie, mais très peu d'objets dans le reste de son logement... Bref, tout dépend de qui vous êtes, de ce que vous aimez et de comment vous vivez. 

Le présent : ici et maintenant

Quand je choisis de garder tel pantalon, c'est pour le mettre ici et maintenant. Pas dans un futur hypothétique où je pourrais éventuellement maigrir ;) Ni parce qu'il me rappelle telle personne qui me l'a offert. Ou encore parce que "ça peut servir un jour" !

C'est important de ne garder les objets que l'on utilise en ce moment, dans notre vie d'aujourd'hui, pas celle qu'on a eu, ou celle qu'on aura peut-être.

se connaitre

Pour ne garde que ce dont on a besoin "au présent", il est nécessaire de bien se connaitre. En effet, comment savoir quels sont mes besoins, si je me cherche ? Chaque objet que je vais examiner, va me permettre de me questionner.

Par exemple, j'ai acheté tel robot de cuisine ultra sophistiqué, mais je n'aime pas cuisiner. Vais-je le garder ? J'ai tel équipement de sport, mais je ne le pratique pas et n'ai pas (sincèrement !) envie de m'y remettre...

Et dans l'autre sens, à chaque choix d'objet, je vais apprendre à me connaitre mieux. 

Si je décide de donner / vendre le robot de cuisine parce que je n'aime pas cuisiner des plats compliqués sur mon temps libre, cela me permet de me poser la question : "qu'est-ce que j'aime faire sur mon temps libre?" Quelle passion ai-je laissé de côté depuis longtemps ?...

connaitre son mode de vie

Enfin, une fois qu'on sait qui l'on est, il est plus facile de savoir comment on veut vivre. 

Si je ne cuisine pas avec ce super robot, je peux quand même aimer manger sain et équilibré. Je peux donc cuisiner des plats simples.

Si mon questionnement m'a permis de renoncer à passer 3h aux fourneaux avec mon robot, j'ai découvert que je voulais prendre du temps pour lire. Alors, je vais pouvoir accorder plus de place à cette nouvelle activité : plus de place matérielle (bibliothèque, achat de livres, liseuse...) et plus de temps aussi.

Ainsi, on le voit un questionnement sur un objet peut conduire à une vraie remise en question plus globale !

La joie

Je crois que le critère de la joie, mis en avant par Marie Kondo est vraiment capital. En effet, elle explique dans ses livres qu'il est important de ne garder QUE les objets qui nous "mettent en joie". (comme certains ne nous mettent pas forcément en joie, mais sont nécessaire, j'ai cru utile d'ajouter ce critère aussi !).

Souvent, nous conservons les objets juste, "parce qu'ils sont là", ou bien parce qu'ils nous ont été offerts, ou parce qu'ils coûtent chers... Toutes ces raisons sont honorables, mais elles aboutissent à des penderies encombrées, à des logements qui débordent, à des greniers ou des caves qui explosent.

Les objets doivent être à notre service, et non l'inverse ! Trop souvent, nous choisissons une maison ou des placards plus grands pour y mettre nos objets. Quel espace nous reste-t-il pour vivre ?

Son conseil ? Prenez en main l'objet. S'il vous apporte vraiment de la joie, gardez-le. Sinon, débarrassez-vous en ! 

L'utilité

Parfois, la joie apportée par un objet ne suffit pas. En effet, je n'éprouve pas de la joie pour mon aspirateur ;) mais il m'est bien utile ! Du coup, je vais le garder !

On peut le voir aussi sous l'angle des services rendus. Par exemple, mon aspirateur m'aide à garder une maison propre. Cette maison propre et agréable me met en joie.

A vous de voir ce qui vous parle. Ce qui est sûr, c'est que du point de vue de l'utilité, on peut se poser les questions suivantes : 

  • cet objet est-il utile dans ma vie d'aujourd'hui ?
  • est-ce que j'ai un autre objet qui peut remplir la même fonction ? si oui, je ne vais sans doute pas garder les 2 !

Petit truc de minimaliste :

Privilégiez les objets multifonctions !

Par exemple, un petit vase pour des fleurs peut être facilement remplacé par un pot de confiture vide. Mais ce pot de confiture peut aussi vous servir à conserver des graines, transporter un goûter... Idem pour le sac à vrac qui peut servir à une multitude de choses !

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez en savoir plus ? Dites-le nous en commentaire !

C'est sur le blog...

Vous avez manqué notre article sur l'écologie et la simplicité ? Retrouvez-le ici !

Notre article sur les avantages d'une vie plus minimaliste !


Pour aller plus loin...


Écrire commentaire

Commentaires: 0